No Comment 94 – Le poids de soi-même

Photo : P. Philbée – Rive de la Saône – Lyon 10/2018

« The weight of One Self » ou « le poids de soi-même » est l’œuvre des artistes scandinaves Michael Elmgreen et Ingar Dragset. Elle est réalisée en poudre de marbre, matériau contemporain dont l’aspect évoque l’art antique et néo-classique.

Sur le site Rives de Saône : Une expérience visuelle et philosophique, l’idée d’un ordre bousculé par un geste subtil, respectant la nature patrimoniale et urbaine du site. Un homme debout en porte un autre, inanimé, dans ses bras. Vient-il de le tirer des flots le sauvant de la noyade ? Troublant détail, les visages des deux protagonistes s’avèrent identiques. L’homme porte son double, devenant ainsi son propre sauveur mais aussi son propre fardeau. Ces préoccupations philosophiques font écho aux questions de responsabilités civiques et individuelles débattues quotidiennement au Palais au Justice. Conçue par les artistes Elmgreen et Dragset, l’œuvre reprend la longue tradition de la sculpture : le nu héroïque et le marbre même si il s’agit ici d’une technique nouvelle (la poudre de marbre solidifiée). Une recherche formelle en clin d’œil à l’architecture des lieux. Par son échelle, supérieure à l’échelle humaine, cette sculpture de 2,7m de haut fait également fonction de repère dans le paysage. «L’œuvre sera très représentative de notre culture contemporaine. Elle ne célèbrera pas un héros, ni quelqu’un qui poursuivrait un but, tenterait d’accomplir quelque chose. Ce sera l’histoire de quelqu’un qui essaie de se sauver lui-même.»

Publicités

Auteur : Paul Philbée

Vous trouverez des textes que j'écris au fil de l'eau. Je leur associe mes photos. Ce n'est pas ma vie, n'allez pas imaginer cela ! C'est un amalgame tiré de mes pensées à un moment donné.

7 réflexions sur « No Comment 94 – Le poids de soi-même »

  1. La beauté de la sculpture – qu’on imagine imposante : 2,7 m. – et la beauté du message lui-même : être à la fois son propre sauveur et son propre fardeau ! Tout concourt à me toucher profondément, faisant écho à des réflexions qui tournent en ce moment dans ma tête.
    Bonne soirée, Paul.
    Amicalement. Dom

    Aimé par 1 personne

  2. Magnifique sculpture, merci pour cette découverte. Ce « poids de soi-même » et ce « double » me font songer au thème de l’amour, bien entendu, l’âme sœur, le double retrouvé ou l’âme à la recherche perpétuelle de son « autre ». Ce que nous sommes pour nous-même et pour les autres, en effet, à la fois des êtres salvateurs et destructeurs. C’est une belle illustration philosophique.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.