Eau de vie

Musée des Confluences – Lyon – France – © P. Philbée


C’est la dernière Chérie
Dernière bouteille de whisky

Tu te souviens on en avait bu à la communion du dernier
Un beau jour de fête que j’avais fini par oublier

Signe du destin
Qui nous prend par la main

C’est tout de même plus facile de retrouver les choses
Quand il n’y a plus de meubles
Et que tout est posé par terre

Continuer à lire … « Eau de vie »
Publicités

No comment 101 – Mieux vaut en rire

Musée des Confluences – Lyon – P. Philbée

Yokainoshima, esprits du Japon
« Au Japon, divinités et êtres surnaturels sont omniprésents. Tout au long de l’année, lors des rites masqués, le port de costumes permet de les invoquer pour demander protection, richesse et bonheur. L’exposition trace un lien entre les photographies contemporaines de Charles Fréger, qui donnent à voir un grand nombre de figures masquées rituelles, et les collections japonaises du musée. »

http://m.museedesconfluences.fr/fr/evenements/yokainoshima-esprits-du-japon

No Comment 94 – Le poids de soi-même

Photo : P. Philbée – Rive de la Saône – Lyon 10/2018

« The weight of One Self » ou « le poids de soi-même » est l’œuvre des artistes scandinaves Michael Elmgreen et Ingar Dragset. Elle est réalisée en poudre de marbre, matériau contemporain dont l’aspect évoque l’art antique et néo-classique.

Sur le site Rives de Saône : Une expérience visuelle et philosophique, l’idée d’un ordre bousculé par un geste subtil, respectant la nature patrimoniale et urbaine du site. Un homme debout en porte un autre, inanimé, dans ses bras. Vient-il de le tirer des flots le sauvant de la noyade ? Troublant détail, les visages des deux protagonistes s’avèrent identiques. L’homme porte son double, devenant ainsi son propre sauveur mais aussi son propre fardeau. Ces préoccupations philosophiques font écho aux questions de responsabilités civiques et individuelles débattues quotidiennement au Palais au Justice. Conçue par les artistes Elmgreen et Dragset, l’œuvre reprend la longue tradition de la sculpture : le nu héroïque et le marbre même si il s’agit ici d’une technique nouvelle (la poudre de marbre solidifiée). Une recherche formelle en clin d’œil à l’architecture des lieux. Par son échelle, supérieure à l’échelle humaine, cette sculpture de 2,7m de haut fait également fonction de repère dans le paysage. «L’œuvre sera très représentative de notre culture contemporaine. Elle ne célèbrera pas un héros, ni quelqu’un qui poursuivrait un but, tenterait d’accomplir quelque chose. Ce sera l’histoire de quelqu’un qui essaie de se sauver lui-même.»