Comme le cheval

cheval - paul philbee
Photo P. Philbée

Comme le cheval qui part à l’abattoir
J’ai fini mes jours
Abrégé mes pensées

Tu me gaves de toutes tes histoires
Et jamais tu ne fermes le robinet

Je ferme les yeux pour mieux me déjouer
Et regagner un peu du soir ma liberté

Je suis là
Las de tes histoires
Qui n’entraînent que de sombres gelées

Le cheval regarde le miroir
Et n’y voit que ce corps décharné
A tirer du matin jusqu’au soir
Toutes tes histoires
A peine enrubannées

Dois-je prendre garde à la pente
Qui pourrait tôt ou tard
Finir par m’emporter

Ci-git au bout du chemin
Sous la roue du chariot
Petit cheval mort
Du fardeau de trop
Porté

Qu’il repose le museau dans la terre
En attendant de rejoindre la fosse
Commune à tous ceux
Qui ont un jour en vain
Tenté de se défausser
Du poids de ton amour charrié

Paul Philbée – 09/2020

2 Comments

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.