Le bouquet aux lys

Les tulipes du château de Chenonceau – France – Photo P. Philbée

Je t’ai vue dans cette maison

Le chien allait de la cuisine à la salle à manger

Tu préparais ce bouquet de fleurs aux longues tiges que les enfants avaient cueillies

Le chien arrivait reniflant leurs mains odorantes léchait quelques fleurs et repartait

Ils étaient venus nombreux t’en apporter

Chacun avait tenté de cueillir une couleur différente de celle des autres

Leurs paniers étaient disposés sur la grande table

On distinguait la dominante de couleur choisie par chaque enfant

Je ne savais pas qu’on pouvait en trouver autant à cette saison

J’en suspectais un d’en avoir fauché dans le jardin d’à côté

On ne trouve pas de lys dans les fossés ni même dans les prés

Tu l’as regardé de tes yeux ne cachant pas l’étonnement

Tu lui as demandé où ils les avait prises

« Elles étaient trop belles » a-t-il répondu

« Elles étaient presque au bord du chemin »

Tes yeux ont retrouvé leur douceur

Tu lui as souri

Avec les ciseaux tu coupais les tiges aux pétales blancs jaunes bleus

Tes mains organisaient rapidement les couleurs

Tu piquais les fleurs dans le grand pot

En ressortais quelques unes et les recoupais

Je voyais ton visage s’éclairer au fur et à mesure que le vase se remplissait

Autour de la table les enfants te regardaient avec envie

Comme si tu exécutais un tour de magie

Et tu t’arrangeais pour que les bouquets tirés des paniers par leurs mains agiles décroissent de façon égale

Une fois le vase empli tu me demandais d’aller chercher la carafe d’eau

Je revenais bousculant le chien

Quelques gouttes sur son dos

Délicatement tu remplissais le vase en écartant les fleurs

Les enfants se préparaient à sortir en courant pour faire la grande bataille des fleurs qui leur restaient

Déjà quelques unes s’abattaient sur la tête de Julia

Promptement tu les rappelais « hep – hep – hep ! Revenez ici ! Il me reste un grand vase, nous avons un second bouquet à faire ! »

Surpris les enfants se regroupaient à nouveau autour de la table

Leur enthousiasme s’était émoussé

Un tour de magie répété deux fois n’a plus le même effet

Tu leur demandais de reprendre leurs places car ce bouquet devait être aussi beau que le premier

Déjà tu te remettais à l’ouvrage simplement

Quelques fleurs prises dans la main de chacun à tour de rôle

Ton sourire satisfait annonçait la fin de la partie

« Benjamin tu iras porter ce vase

Fais bien attention de ne pas le renverser

Tu diras que tu les trouvais si belles dans ce grand jardin éloigné

Sans personne pour les regarder

Et pour t’excuser dis-leur que tu apportes ce grand bouquet contenant les lys et aussi les fleurs des prés »



Paul Philbée – 03/2019

Publicités

Auteur : Paul Philbée

Vous trouverez des textes que j'écris au fil de l'eau. Je leur associe mes photos. Ce n'est pas ma vie, n'allez pas imaginer cela ! C'est un amalgame tiré de mes pensées à un moment donné.

12 réflexions sur « Le bouquet aux lys »

  1. Au fil de la lecture, on ne saurait dire si l’on nous dirige vers l’inattendu ou le dramatique, mais une chose est sûre, on va droit, et toujours, vers le côté poétique de la force, avec toi Paul !
    Et comme tu sais si bien tisser les relations entre modernité et temps passé, cela donne une écriture bien ancrée (encrée aussi) dans son époque, avec tout un imaginaire qui s’ouvre pour les générations futures.

    Merci pour ce bon moment de rêverie éveillée.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.