Je t’ai aimée

originalphoto-567773902.225574
Mur de la rue de Quincampoix – Paris 4e – © P. Philbée

Je t’ai aimée

Toutes ces années
Je t’ai portée
Dépassé tes doutes
Pour que tu saches
Que l’on peut être aimé
D’amour et d’amitié

Je t’ai aimée

Jusqu’à ce que tout pète
A l’intérieur de ma tête

Tu m’as réappris à parler
Rapprocher les lettres
Former des mots

Comme pour me remercier
En retour tu m’as porté
Est-ce cela l’amour ?

Tu n’as pas cessé
Pour toi je me suis accroché
Pour toutes ces années passées

Quelques connexions se sont ressoudées
Mais nous deux savons
Que je ne serai jamais le nouveau né
Car on sait ce qu’on a été

L’étincelle ne prend plus sur la mèche mouillée

Il arrive un moment où les bras n’en peuvent plus
De porter le poids de ces mortes pensées

Nous nous sommes quittés
Sans un bruit
Sans un mot
Lorsque j’ai fait
Ce second A.V.C.

Depuis tu continues ce chemin
Seule avec toujours cette petite pensée
Que je t’ai aimée
Porté
Pour que tu saches pour toujours
Que je ne serai pas le dernier à t’aimer

Paul Philbée – 12/2018

Publicités

Auteur : Paul Philbée

Vous trouverez des textes que j'écris au fil de l'eau. Je leur associe mes photos. Ce n'est pas ma vie, n'allez pas imaginer cela ! C'est un amalgame tiré de mes pensées à un moment donné.

9 réflexions sur « Je t’ai aimée »

  1. Une impression de pesanteur sur le cœur… tant d’amour, tant de tendresse, tant d’amitié qui se perdent dans l’infini de ce qui semble être un ultime geste d’amour… Aimer c’est porter l’autre, porter son amour, à bout de bras, à bout de cœur, à bout de forces, en toutes circonstances et en dépit des apparences qui s’y opposent. L’intensité de ce qui se dégage de ce qui a été, l’est toujours, et le restera à l’infini. Robert Musil dit : « Je ne sais pas si vous avez déjà vécu, si vous êtes capables de lire cette expérience : entre deux êtres qui atteignent une certaine altitude d’émotion, le mensonge devient impossible, au point d’exclure toute conversation. » Et il me semble que ces deux êtres ont atteint à ce degré d’émotion, du moins, c’est ainsi que je le ressens. Merci Paul pour cette magnifique et si profonde expression poétique.

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.