Tu m’as suicidée Mon Amour

Parc du château de Chenonceau – © P. Philbée

Tu m’as suicidée Mon Amour
Le jour où tu m’as quittée

Jamais je n’aurais imaginé
Qu’un jour Mon Amour
Tu puisses te sentir pieds et poings liés

Tu t’es confié
Et tu m’as ouvert le cœur Mon Amour
Le jour où tu m’as annoncée
Ne plus m’aimer

Mes larmes se sont mises à couler
Mon Amour quand tu m’as dit
Que ça ne servirait plus à rien de continuer

J’aurais voulu trouver les mots Mon Amour
Pour te dire que je pouvais t’aimer pour deux
Mais aucun son n’est sorti de ma gorge meurtrie

Mon Amour j’ai plongé
Comme l’oiseau aux ailes brisées
Seule à continuer de t’aimer

J’ai senti cette douleur sourde
Logée à coté de mon cœur blessé
Cette douleur aussi profonde
Que le vide qui s’est cristallisé autour

Tu m’as suicidée
Mon Amour

Tu m’as suicidée
Ce jour où mon cœur autrefois si serein
A développé ce cancer du sein

Mon Amour
Je garde cette tumeur
A coté de mon cœur
Où se noie mon chagrin

Je garderai cette tumeur
Jusqu’à ce que mon cœur cicatrise
Qu’il se passe un jour de toi
Mon Amour

Ce jour où l’on m’arrachera la racine
Du mal qui ne fait que gonfler
Je garderai comme une relique en mon cœur
Comme une médaille accrochée au poitrail
La plaie de mon sein atrophié

Je la garderai pour ne pas oublier
Pour toujours entrevoir dans la glace
La trace du regret de n’avoir pu mieux t’aimer

Je la garderai pour que ne s’efface
La trace de cet amour échoué
Pour me souvenir au détour du miroir
D’aimer toujours plus fort
Ceux qui m’entourent aujourd’hui

Tu m’as suicidée Mon Amour
Oui tu m’as suicidée
Pour mieux me ressusciter

A l’instant je renais
Et bientôt viendra le moment
Où je réapparaîtrai au grand jour

Paul Philbée – 09/2018

Publicités

Auteur : Paul Philbée

Vous trouverez des textes que j'écris au fil de l'eau. Je leur associe mes photos. Ce n'est pas ma vie, n'allez pas imaginer cela ! C'est un amalgame tiré de mes pensées à un moment donné.

25 réflexions sur « Tu m’as suicidée Mon Amour »

  1. Un mal pour un bien comme on dit…
    Après l’orage, le soleil réapparaît petit à petit. Bien que la peine soit immense, il ne faut pas abandonner.
    Un poème fort, touchant et plein d’espoir puisque l’on peut renaître après avoir été suicidé.
    Amitiés

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.